Sélectionner une page

Le curanto de Chiloe

Le curanto, c’est le plat traditionnel de l’archipel de Chiloé. Et comme sa préparation est vraiment particulière, on a décidé de vous donner la recette. Bon, soyons honnêtes, ça m’étonnerait beaucoup que l’un d’entre vous la reproduise à la maison, car vous allez voir, ça demande de la place (dans un jardin par exemple) et surtout du temps… et aussi bien sûr, plein d’invités, vu la mise en oeuvre, ce serait un peu du gâchis de préparer un curanto pour 3 et mettre le reste au congel dans un tupperware!

En fait, sur Chiloé, on trouve quand-même dans tous les restos le curanto a la olla, c’est à dire à la casserole… mais franchement, c’est de la triche… nous, on va vous parler du curanto al hoyo, autrement dit, au trou !!!

 

On a eu la chance d’être témoin de la préparation du curanto lors d’une fête traditionnelle organisée sur la petite île d’Achao… On est arrivé sur place vers midi (avec nos adorables copains chiliens Felipe et Jessica), et, pour vous donner une idée, on a mangé notre curanto vers 18h (mais on a quand-même bu du vin et de la bière entre temps, parce que faut pas déconner non plus!). Le curanto était prévu pour 70 personnes.

Tout d’abord, on creuse un trou dans le sol, d’environ 1 mètre de profondeur, et on y place des pierres. Le tout est recouvert de bûches, et on fait un feu pendant des heures, jusqu’à ce que les cailloux soient cuits ! Et voilà, c’est prêt ! Non, je déconne… Les pierres ne se mangent pas… Elles vont simplement servir à chauffer la préparation…

Après avoir disposé des feuilles de rhubarbes géantes sur les côtés, on commence par vider une bassine de moules et autres coquillages.
On rajoute aussi des pommes de terres, parce qu’on est en Amérique du sud, et que rien ne se fait sans patates, c’est comme ça! Et ça fait de jolies couleurs.

Pendant de temps là, on cuit aussi d’autres animaux… pour ceux qui perdent patience.
Après les coquillages et les pommes de terres, on recouvre d’une autre couche de rhubarbe, et on balance les haricots.
Vient le tour de la viande, poulet et porc, qui vont cuire dans le trou avec le reste.
Je vous le donne en mille, on recouvre le tout de feuilles de rhubarbe, avant la prochaine couche. Peut-être d’ailleurs, que ça vous intéresserait de savoir que ce que j’appelle rhubarbe, se nomme là-bas : nalca. Voilà, comme ça, vous pourrez briller en soirée.

Tout est dedans, il ne reste plus qu’à recouvrir de nalca (si vous avez bien tout lu, vous savez que c’est comme ça qu’on appelle la rhubarbe). Et puis, pour que ça cuise davantage à l’étouffé, on met encore une bâche en plastique de couleur bleue, complètement traditionnelle.
Quand c’est prêt, on se bouscule et on s’insulte, parce que tout le monde est affamé d’avoir attendu presque 6 heures pour déguster ce putain de curanto!

Une assiette pour 2, franchement, c’est suffisant, parce que ça tient au ventre le curanto !
Pour parfaire votre éducation, sachez que le mot « curanto » vient de la langue mapuche, dont le terme « curantü » signifie « pierre chauffée par le soleil ».

Voilà, c’était la recette du cuaranto, bon appétit bien sûr !